songes d'un art aimé

le temps de lire , comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre Daniel PENNAC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  songe d\'un art aimésonge d\'un art aimé  

Partagez | 
 

 Cioran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Descent
¤
¤
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Cioran   Dim 10 Juil - 0:25

Je vais vous parler un peu de Cioran. L'anti-philosophe... Wink Moraliste plutôt... bien que sa formation soit principalement philosophique : son mémoire fut consacrée à Bergson, mais il renia par la suite tout ce jargon et cette culture car il se rendit compte que la philosophie ne pouvait apporter de solution à ses graves crises d'insomnie de jeunesse. Toute son oeuvre peut sans doute se résumer à la question par excellence "comment vivre ?". Il n'a finalement écrit que pour échapper à ses obsessions, les étudiant, les exprimant sans cesse, tentant de les dépasser en tentant de contrôler leur flux destructeur. Ce n'est pas un auteur à conseiller aux gens vraiment déprimés, du moins à ceux qui ne pourraient trouver une force là dedans.

Donc, s'il est des écrivains déconcertants, Cioran est bien de ceux-là. Né en Roumanie (dans les Carpates), fils de Pope, il n'a eu qu'un seul emploi salarié (professeur de philo juste pendant un an) au cours de sa vie. Son parcours est dorénavant devenu légendaire : il vint en France en 1937 munit d'une bourse de l'Institut Français de Bucarest afin de préparer une thèse qu'il ne rédigera jamais. Elle ne fut qu'un moyen pour venir à Paris, ayant déjà fait un séjour qui l'illumina. Le directeur de cet Institut renouvella même cette bourse après avoir compris que Cioran ne travaillait pas, mais il pensa que s'être mis la France dans les jambes (en explorant le pays à bicyclette) ce n'était pas rien.

Apatride, sans revenus, il survécut pourtant, logeant dans des chambres de bonne délabrées et déjeunant dans des cantines universitaires (avant qu'on ne le convoque un jour pour lui dire qu'il n'en avait plus le droit à 40 ans !). On a vraiment affaire là à quelqu'un qui a fait le choix de vie de se marginaliser au prix de la liberté absolue. C'était encore possible à l'époque.

Il passa ainsi presque dix ans à fréquenter les cafés et les salons parisiens, toujours présenté comme l'ami de tel écrivain (Beckett, Michaux) ou de tel artiste. Le nombre de ses productions est alors plutôt restreint : quatre livres écrits et publiés en Roumanie et deux autres ouvrages toujours rédigés en Roumain mais écrits à Paris. C'est lors d'un séjour à Dieppe durant l'été 1947, alors qu'il songeait à traduire Mallarmé et Valéry en Roumain, qu'il décida instantanément de rompre pour toujours avec sa langue maternelle au profit du Français. Prétendant qu'il valait mieux être auteur d'opérettes qu'auteur de six livres que personne ne comprend. Il rédigea rapidement la première mouture de ce qui allait devenir le "Précis de Décomposition", alors intitulé "Exercices Négatifs". Mais changer de langue à 36 ans n'est pas chose aisée, ainsi il retravailla trois fois son manuscrit.

L'écriture directement en Français lui imposant une certaine rigueur, atténuant les extravagances qu'il se permettait auparavant. On peut même parler de véritable torture, Cioran se battant avec les mots pour en extraire une certaine substance. Gallimard accepte et publie le "Précis de Décomposition" en 1949. La critique est excellente mais les ventes ne décollent pas. Et pour cause, le tirage est plutôt limité, non destiné au grand public. Malgré le peu de revenus que lui procure son livre, Cioran est salué comme l'égal d'un maître, on lui donne notamment le surnom de "prophète du malheur".

Ses recueils suivants ("Les Syllogismes de l'Amertume" -1952, "La Tentation d'Exister" -1956, "Histoire et Utopie" -1960, "La Chute dans le Temps" -1964) subissent le même sort, l'effet de surprise en moins. "Les Syllogismes de l'Amertume" étant même ignoré par la plupart des revues de l'époque. Il faut attendre 1965 et la réédition du "Précis de Décomposition" en livre de poche pour que l'oeuvre et son auteur soit reconnus. Dès lors, ses oeuvres Françaises sont reprises dans le même format et traduites dans plusieurs pays. La consécration apparaîtra avec la parution du "Mauvais Démiurge" (1969) et de "De L'Inconvénient d'être né" (1973). Mais considérant cette situation comme un malentendu, il refusa systématiquement tout prix littéraire ou d'apparaître à la télévision. Il déclara même ne plus vouloir écrire, publiant cependant encore trois livres.

Petit à petit il developpa cette écriture fragmentaire (les aphorismes) qui sont sans doute les oeuvres à lire à premier (De L'Inconvénient d'ëtre né...) car faciles d'accès et on peut ouvrir le livre à n'importe quelle page, ce n'est pas important pour lire... Donc voici quelques extraits (+ un texte inédit consacré au peintre De Staël qui se suicida). Et pour Carrie, je précise que c'est un auteur cité par Mylène Farmer (j'ai crû comprendre que...Laughing).




EXTRAITS :

Cet instant-ci, mien encore, le voila qui s'écoule, qui m'échappe, le voila englouti. Vais-je me commettre avec le suivant ? Je m'y décide : il est là, il m'appartient, et déjà il est loin. Du matin au soir, fabriquer du passé !

Ne se suicident que les optimistes, les optimistes qui ne peuvent plus l'être. Les autres, n'ayant aucune raison de vivre, pourquoi en auraient-ils de mourir ?

Pour entrevoir l'essentiel, il ne faut exercer aucun métier. Rester toute la journée allongé et gémir...

Quand on a compris que rien n'est, que les choses ne méritent même pas le statut d'apparences, on n'a plus besoin d'être sauvé, on est sauvé, et malheureux à jamais.

Souffrir, c'est produire de la connaissance.

Pourquoi je ne me tue pas ? -Si je savais exactement ce qui m'en empêche, je n'aurais plus de questions à me poser puisque j'aurais répondu à toutes.

Il existe en nous une tentation plutôt qu'une volonté de mourir. Car s'il nous était donné de vouloir la mort, qui n'en profiterait dès la première contrariété ? Un autre empêchement joue encore : l'idée de se tuer parait incroyablement neuve à celui qui en est possédé ; il s'imagine donc éxécuter un acte sans précédent ; cette illusion l'occupe et le flatte, et lui fait perdre un temps précieux.




---------Nicolas de Staël ou le vertige (1988, paru en allemand dans la revue Die Zeit)

Commençons par un remords : j'ai rencontré de Staël plusieurs fois (nous fréquentions le même salon...) autour de 1950. Il souhaitait que j'aille visiter son atelier. J'ai promis sans donner suite à ma promesse. On n'est pas né impunément dans les Balkans, dans l'espace idéal du laisser-aller et du ratage.

N'ayant pas pressenti ses tribulations, je n'ai jamais eu une conversation approfondie avec lui. Son franc-parler frisait parfois la provocation. A un peindre de ses amis qui allait un peu loin dans le dépouillement et la simplification, il dit carrément un jour en ma présence : "Pourquoi te fatiguer ? Mets seulement ta signature au bas d'une toile blanche."

Son suicide a laissé tout le monde perplexe. Comment l'expliquer ? L'extraordinaire n'a pas besoin de commentaire. On peut néanmoins faire une hypothèse qui ne sera une réponse que pour ceux-là seuls qui ont affronté l'abîme des nuits blanches. De Staël connaissait cet abîme en initié, en spécialiste du vertige. Je regretterai toujours d'avoir ignoré la dimension de ses épreuves. L'aurais-j devinée que je serais sûrement devenu son ami, car il existe une complicité des veilleurs, de ces maudits punis pour crime de lucidité. Veiller, c'est être conscient au-delà du supportable, c'est ne pas pouvoir oublier, c'est subir la continuité de l'intolérable. Alors que les dormeurs commencent chaque matin un autre jour, pour l'insomniaque l'oubli n'est guère possible puisque jour et nuit il affronte sans discontinuer le même enfer.

Ce fut à la troisième tentative que pour de Staël le cauchemar prit fin. Il ne s'agit donc pas d'une improvisation mais d'une nécessité, d'un accomplissement, d'une libération en somme. Ses oeuvres des dernières années témoignent d'une fièvre, d'une apocalypse intime qui exigeait le couronnement de la mort. Ses rouges, tout particulièrement, sont si violents, si animés, qu'ils paraissent porteurs d'un message, d'un adieu fulgurant. C'est à la suite de tourments sans nom qu'il a dû opter pour l'irréparable.

Ses dernières lettres révèlent clairement ses doutes sur son avenir comme peintre, ainsi que sa terreur devant l'impasse. Il ne voyait pas comment évoluer, comment avancer encore. D'autre part, commençait à le tourmenter le succès que rencontraient de plus en plus ses toiles récentes alors que les premières lui avaient coûté infiniment plus d'efforts. Il voyait là une sorte d'injustice qui aggravait ses insomnies. On ne pousse pas impunément aussi loin les scrupules. Et tous ces scrupules, si contradictoires, alimentés par son déséquilibre, ne pouvaient que précipiter sa fin.

Jeune encore - il n'avait que quarante et un ans -, il était arrivé au bout de lui-même. Après tout, il aurait pu renoncer à la peinture, cesser, sans drame, de miser sur soi, et s'abandonner à un néant quelconque, donc tolérable. Mais il n'a pas voulu se survivre, il haïssait la résignation. En véritable artiste, il a refusé de composer avec la médiocrité de la sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.impressionofsounds.com
vivien
¤
¤


Nombre de messages : 137
Localisation : aux pays des mirabelles
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Dim 10 Juil - 2:37

merci l indication je vais m informer sur cette auteur qui a l air interressant: mais pas d inquietude lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Dim 10 Juil - 12:54

Citation :
Donc voici quelques extraits (+ un texte inédit consacré au peintre De Staël qui se suicida). Et pour Carrie, je précise que c'est un auteur cité par Mylène Farmer (j'ai crû comprendre que...Smile).
tu es demasquer !!!lol
En tout les cas descent je confirme tes dires !

J'avoue que le peu de Cioran que j'ai lue ( au lycée Confused ) m'a rebuté , en revanche je ne connaissais pas tout cela sur savie ! Cela me donne envie de le découvrir et de m'y interesser ! Sa démarche me fascine. De plus les extraits que tu nous propose m'ont interpéllé !


Dernière édition par le Jeu 14 Juil - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Descent
¤
¤
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Jeu 14 Juil - 1:15

julie a écrit:

tu es demasquer !!!lol
En tout les cas descent je confirme tes dires !

J'avoue que le peu de Cioran que j'ai lue ( au lycée Confused ) m'a rebuté , en revanche je ne connaissais aps tout cela sur savie ! Cela me donne envie de le découvrir et de m'y interesser ! Sa démarche me fascine. De plus les extraits que tu nous propose sont m'ont interpéllé !

haha. Oui, je me souvenais de ce titre "Tristana"... :lol: Par contre la mélodie.. plus aucune idée... Désolé Carrie...

Pour Cioran... Certains bouquins sont difficiles d'accès. Surtout les premiers (traduits du Roumain). Je préfère le Cioran des aphorismes, même si Précis de Décomposition est un de ses meilleurs. En fait, le bouquin qu'il m'arrive de relire parfois c'est celui de ses Entretiens (accordés aux journalistes). Il fait office de biographie, on assiste en direct à sa pensée, il fait étalage de sa culture gigantesque. C'est très intéressant même s'il y a quelques redites (car il se présente à ses interlocuteurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.impressionofsounds.com
Joram
***
***


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 21/10/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 18:17

Descent a écrit:

Pour Cioran... Certains bouquins sont difficiles d'accès. Surtout les premiers (traduits du Roumain). Je préfère le Cioran des aphorismes, même si Précis de Décomposition est un de ses meilleurs. En fait, le bouquin qu'il m'arrive de relire parfois c'est celui de ses Entretiens (accordés aux journalistes). Il fait office de biographie, on assiste en direct à sa pensée, il fait étalage de sa culture gigantesque. C'est très intéressant même s'il y a quelques redites (car il se présente à ses interlocuteurs).

J'ai beaucoup aimé son livre d'entretiens moi aussi, alors que je ne connais que très mal son oeuvre par ailleurs. C'est très intéressant et peut être un premier pas chez cet auteur. J'ai aussi lu son premier livre, "Sur les cimes du désespoir", écrit à 22 ans. C'est très sombre mais très intéressant aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Triste Anna
tristanna
tristanna
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 48
Localisation : Dans le Nord
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 19:39

Descent a écrit:
Et pour Carrie, je précise que c'est un auteur cité par Mylène Farmer (j'ai crû comprendre que...Laughing).

Tiens, je n'avais pô vu cette "interpellation" :x
Ce n'est pas parce que Mylène lit telle chose que je lis la même chose Rolling Eyes
Et puis franchement, Cioran, la philosophie, tout ça... pas pour moi merci Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tristeanna.skyblog.com
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 19:50

Citation :
la philosophie, tout ça... pas pour moi merci
Dommage tu as peut-être une idée tronquée de la philo. Tu devrais commencer par Comte-Sponville pour commencer, c'est très vulgarisé.

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 20:13

Oui Comte-Sponvile , est un bon auteur pour se familiariser ou se réconcilier avec la philosophie, avec son livre Présentation de la Philosophie. http://alcyone.forumactif.com/viewtopic.forum?t=155
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Triste Anna
tristanna
tristanna
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 48
Localisation : Dans le Nord
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 20:19

J'avoue que je n'ai jamais fait de philosophie et je pose une question, je pose une question : à quoi ça sert ? Et qu'est-ce que ça apporte de lire ça ? (et tant pis si je me rends ridicule avec mes questions Embarassed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tristeanna.skyblog.com
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 20:20

tu n'es pas ridicule avec tes questions !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Triste Anna
tristanna
tristanna
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 48
Localisation : Dans le Nord
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 20:21

Merci Juju, t'es gentille toa Bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tristeanna.skyblog.com
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Sam 22 Oct - 20:24

Joc Content

bien sur tu est en droit de te poser la question, au fond à quoi sert la philosophie? Ca parle à certain et a d'autre pas tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Descent
¤
¤
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Dim 23 Oct - 4:39

Triste Anna a écrit:
Descent a écrit:
Et pour Carrie, je précise que c'est un auteur cité par Mylène Farmer (j'ai crû comprendre que...Laughing).

Tiens, je n'avais pô vu cette "interpellation" :x
Ce n'est pas parce que Mylène lit telle chose que je lis la même chose Rolling Eyes
Et puis franchement, Cioran, la philosophie, tout ça... pas pour moi merci Confused

Ben fait, je blaguais un peu... Wink Je croyais que c'était évident.
Je n'accordais aucune importance à cette boutade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.impressionofsounds.com
Triste Anna
tristanna
tristanna
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 48
Localisation : Dans le Nord
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Dim 23 Oct - 12:37

Descent a écrit:
Ben fait, je blaguais un peu... Wink Je croyais que c'était évident.
Je n'accordais aucune importance à cette boutade.

T'inquiète, je ne l'ai pas pris mal... Jedi ... MDR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tristeanna.skyblog.com
Descent
¤
¤
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/07/2005

MessageSujet: Re: Cioran   Dim 23 Oct - 19:15

:lol: Ouf, tu me rassures. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.impressionofsounds.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cioran   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cioran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
songes d'un art aimé :: Essais, histoire-géo, mythologies, cuisine et autres :: Essais, (autobiographie,psycho, socio, philo et autres)-
Sauter vers: