songes d'un art aimé

le temps de lire , comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre Daniel PENNAC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  songe d\'un art aimésonge d\'un art aimé  

Partagez | 
 

 Dennis Lehane

Aller en bas 
AuteurMessage
Ortie
***
***


Nombre de messages : 72
Localisation : terrains vagues
Date d'inscription : 26/04/2005

MessageSujet: Dennis Lehane   Ven 25 Nov - 18:11

Dennis Lehane : Shutter Island
Bibliographie
Un dernier verre avant la guerre (1994 )
Ténèbres prenez-moi la main (1996 )
Sacré (1997 )
Gone, Baby, Gone (1998 )
Prières pour la pluie (1999 )
Mystic River (2001 )
Shutter Island (2003 )
Les cinq premiers romans mettent en scène Patrick Kenzie et Angela Gennaro, deux détectives. Une adaptation au cinéma de Gone, Baby, Gone est prévue pour 2006 .

Le texte qui suit provient de l'excellent site du Matricule des Anges.

"Ashecliffe Hospital, centre psychiatrique situé sur une île au large de Boston, réservé à des malades qui ont commis d'atroces meurtres. Nous sommes dans les années 50. Deux policiers sont envoyés sur les lieux pour retrouver une patiente très dangereuse.
Si le romancier possède le pouvoir d'emmener son lecteur où bon lui semble, l'auteur de romans noirs prend soin généralement de plonger la tête de ce dernier sous l'eau, de lui faire visiter des lieux où surtout, il n'aurait pas osé avouer qu'il avait envie d'aller. Quelques pages et l'horreur se dessine bientôt, portée par une construction narrative si fine qu'on en vient rapidement à tourner les pages avec impatience et fébrilité. Impossible de décrocher avant le dénouement. La machine romanesque tourne à plein régime, le récit ne présente aucune issue. Shutter Island ne vous lâche pas.
Si le roman débute en suivant à peu près les conventions du genre, Lehane affirme l'originalité de sa voix au fil de pages, à mesure que le cauchemar gagne en complexité. S'attachant à disséquer différentes manifestations de la folie, Shutter Island laisse des questions en suspens. Le fou détient-il une part de la vérité ? Le fantasme peut-il gagner sur la réalité au point de s'y substituer ? La critique de la société reste en arrière-plan. C'est de l'individu dont il s'agit et de ce que le cerveau humain est capable d'engendrer comme monstruosité. On n'avait pas lu de livre aussi puissant sur la douleur d'être fou depuis Spider de Patrick McGrath."

Dans le dernier roman : Prières pour la pluie, on retrouve le duo Patrick MC Kenzie et Angela Gennaro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Ven 25 Nov - 21:07

merci pour cette critique. Ca donne envie de le Il faudrai que je le lise avant l'adaptation au cinéma !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDV
Invité



MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Lun 22 Mai - 20:50

Un roman dont on sort perplexe : si on le relit, on se pose beaucoup de questions.
Revenir en haut Aller en bas
MDV
Invité



MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Mer 24 Mai - 14:32

Un autre Dennis Lehane à lire - le premier de cet auteur que j'ai parcouru et qui m'a, depuis, amené à parcourir toute son oeuvre : "Ténèbres prenez-moi la main."

Le titre, déjà, n’est-il pas magnifique et ne dirait-on pas l'incantation de quelque obscur rituel ? Le plus fort, c'est qu'il ne s’agit pas d’une basse manœuvre commerciale mais bel et bien de la traduction de l’original : « Darkness, take my hand » Encore mieux : l'ouvrage répond aux espoirs que fait naître un tel titre chez l’amateur de romans aussi sombres que stressants. Si ! Si ! ON MARCHE ET ON A PEUR !!!!!!

Son intrigue et ses personnages m’ont même si bien séduite que, alors que j’avais hésité à acquérir « Mystic River » malgré l’excellence des critiques obtenues et la qualité du film qui en a été tiré par les studios hollywoodiens (mon éternelle et suspicieuse question : "N'est-ce pas surfait, tout ce battage ? ..." ), après « Ténèbres … », j’ai couru l’acheter avec un autre roman de Lehane : « Sacré ». Désormais, c'est sûr, je regarderai d’un œil différent les parutions chez RIVAGES/NOIR, jusqu’ici pour moi indissociables du superbe mais insoutenable « Dahlia Noir » d’Ellroy.

Pour en revenir au livre de Dennis Lehane, sachez donc qu’il débute de façon assez banale et même comique. Patrick Kenzie et Angela Gennaro, privés associés qui se connaissent depuis l’enfance, s’interrogent sur l’avenir du climatiseur de leur bureau – lequel bureau se situe dans un clocher désaffecté.

Sympa, non ?

Sur ce, coup de fil d’un ancien professeur de Patrick, Eric Gault – aucun lien de famille avec le tueur fou de Patricia Cornwell. Une amie d’Eric, la psychiatre Diandra Warren, a reçu un appel anonyme menaçant qu’elle croit lié à une patiente éphémère qui, après lui avoir donné le nom de Moira Kenzie et confessé qu’elle redoutait les sévices d’un certain Kevin Hurlihy (autre connaissance d’enfance de Patrick et d’Angie mais qui, de son côté, est devenu tueur à gages), s’est évanouie dans la nature.

Les choses auraient pu s'en tenir là mais voilà que la psychiatre – Expert devant les Tribunaux, le détail a son importance et épouse divorcée du Procureur de l’Etat – reçoit, sans un mot d’accompagnement, une simple photo de son fils, Jason, étudiant à l’Université de Bryce. A tort ou à raison, la mère s'imagine que son fils est en danger et que ce danger provient de la mystérieuse voix anonyme qui l'a menacée dans la nuit.

A partir de là, les événements étranges et les morts horribles vont commencer et se fait lentement jour un lien direct avec un psychopathe enfermé depuis vingt ans dans le quartier de haute sécurité d’un pénitencier, Alex Hardiman, condamné pour avoir assassiné dans des conditions particulièrement atroces Charles Rugglestone, le complice avec qui il pratiquait le meurtre comme d’autres pratiquent le golf.

Hardiman avait été un enfant sans histoire et particulièrement adorable jusqu’à ce que, vers l’âge de 10 ans, il se trouvât pris dans un essaim de moustiques. Comme le dit l’un des personnages du roman, « quand il est ressorti de là, il n’avait plus de conscience. »


Quand Hardiman demande à voir Patrick Kenzie afin de lui parler, le FBI s’en mêle. L’entrevue a lieu et le psychopathe y fait un numéro de toute beauté, parlant une sorte de langage codé dont Kenzie, malgré tous ses efforts, ne parvient pas à deviner la clef. Hardiman, Patrick le jurerait même sous la menace d’une arme, il ne l’a jamais vu. Pourtant, il semble bien que le prisonnier le connaisse très, très bien.

On saura peu à peu que Hardiman était lui-même fils d’un policier du quartier où Patrick, Angie, Kevin, la fausse Moira Kenzie et bien d’autres … avaient grandi dans les années soixante-dix et qu’il connaissait fort bien le père de Patrick, pompier de valeur mais père sadique, capable de mettre sa vie en danger pour éteindre des incendies mais tout aussi capable d'appliquer un fer à repasser brûlant sur le ventre de son petit garçon ...

Je ne vous en dirai pas plus parce que ce serait vraiment tout gâcher - et puis, vous n'en avez pas envie, n'est-ce pas ? Ce dont vous rêvez maintenant, c'est de passer un moment merveilleux et bourré d’angoisses en tous genres à dévorer ce roman de Dennis Lehane. Allez-y donc de confiance et laissez les ténèbres vous prendre la main ...

Même s’il demeure plus classique dans ses procédés que ce Maître incontesté et écorché vif qu'est James Ellroy, Lehane n'est pas loin d'évoluer dans le même monde que lui : un monde de ténèbres en effet, celles qui hantent l'âme humaine - et en parasitent certaines à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Mar 19 Sep - 22:32


J'ai terminé ce livre il y'a une semaine de cela, eh bien....je l'ai trouvé super ! tous les éléments sont réunis : isolation, un milieu de folie, un climat oppressant...L'intrigue et le suspense sont maintenus jusqu'au bout. On finit par se confondre avec le héros du livre. La fin nous laisse un peu perplexe, on se pose des questions, rêve ou réalité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Sam 25 Nov - 13:38

J'ai beaucoup apprécié Shutter Island; le livre est pour le moins déroutant et la fin nous laisse pantois.
L'île semble être un refuge de cinglés en blouses blanches cherchant, sous couvert de secret d'état, à faire des expérimentations n'ayant rien à envier aux nazis.
L'enquête de Chuck et Teddy est palpitante mais la vérité n'est pas celle qu'on croit dans ce monde de schyzophrènes dans lequel on rencontre malgré tout l'amour à travers Dolorès.
Bref un très bon polar qui réussit le pari de nous tenir en haleine mais qui apporte aussi beaucoup en émotions; le pathétique et la tristesse sont également présents et donnent un ajout positif incontestable.

Ma note: 4/5

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Dennis Lehane   Lun 15 Oct - 12:40



3 enfants, Sean, Jimmy et Dave jouent dans la rue quand une voiture s'arrête: à son bord, 2 hommes qui se font passer pour des policiers et décident d'arrêter Dave Boyle. Celui-ci ne réapparaitra que quatre jours plus tard, traumatisé et à jamais changé.
Vingt-cinq ans plus tard, le meurtre de Katie, fille de Jimmy, va faire ressurgir le passé et se retrouver ces 3 garçons. Sean qui est devenu policier va alors devoir lever de terribles secrets et affronter des vérités plus noires les unes que les autres.

Mon avis: Roman très sombre, Lehane surprend encore avec cette écriture incisive qui frappe là où ça fait mal. Une lecture facile, une intrigue palpitante bref encore un très bon moment passé. A noter la très bonne adaptation qu'en a faite Clint Eastwood avec Sean Penn.

Ma note: 7,5/10

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dennis Lehane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dennis Lehane
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dennis Crivey (Gryffondor)
» Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]
» Wyclef Jean bientot nomme ambassadeur itinerant
» Gala Award 08
» ***Étoiles de la semaine***

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
songes d'un art aimé :: LITTERATURE :: Polars, policiers, thrillers....-
Sauter vers: