songes d'un art aimé

le temps de lire , comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre Daniel PENNAC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  songe d\'un art aimésonge d\'un art aimé  

Partagez | 
 

 Jeffrey Eugenides- The virgin suicide-

Aller en bas 
AuteurMessage
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Jeffrey Eugenides- The virgin suicide-   Mer 30 Nov - 21:19

Je ne savais pas, qu'il s'agissait d'un livre à la base voici une critique trouvé sur Amazon.fr



Citation :
Commentaire de : audraie (Qui suis-je ?) de PARIS France
Le suicide est un thème brûlant, l'a toujours été. Et l'est d'autant plus lorsqu'il s'agit d'adolescents.

Pourtant c'est le thème qu'a choisi d'aborder Jeffrey Eugenides dans cette oeuvre appelée simplement (mais brillament) "Virgin suicides".

L'histoire prend place dans les années 1970. Chez la famille Lisbon.
Mr et Madame Lisbon ont cinq filles. Lux, Thérèse, Mary, Cécilia, Bonny. Toutes ont un air angéliques, toutes ont une magnifique chevelure blonde et de doux visages qui n'ont guère échappés aux garçons du voisinage qui sont littéralement fascinés par elles.

Outre le fait de suivre la vie des cinq soeurs au lycée, chez elle, au bal de fin de leur promotion... On suit Lux Lisbon plus particulièrement. Lux qui a soif de liberté, Lux qui est sans doute la plus dévergondée, liberée des cinq...

Jeffrey Eugenides signe ici un livre à l'ambiance très lourde, devenant même parfois suffocante. Les mots usités sont si forts, les images si poignantes et si réelles...
Ce livre est bouleversant. Tout comme l'oeuvre cinématographique réalisée par Sofia Coppola...

Ames sensibles s'abstenir.


critiqué par Bluewitch, le 1 janvier 2002
(Tarcienne - 26 ans)




Citation :
Etrange et bouleversant...
Dans une banlieue du Michigan, au cÏur des années 1970, les sÏurs Lisbon, jolies et charnelles adolescentes au destin tourmenté, font fantasmer les garçons de leur voisinage.
Séquestrées par l’autorité extrêmement stricte de parents rigides, Cecilia, Lux, Bonnie, Mary et Therese attisent la convoitise et la curiosité. Chacun tâche de comprendre le mystère qui plane autour d’elles
et de cette maturité qu'elles dégagent. Ainsi que de leurs suicides successifs…
Vingt ans après ces événements, les jeunes gens devenus hommes sont toujours hantés par les visages des jeunes filles Lisbon et tentent d'assembler les pièces du puzzle pour essayer d'éclairer cette énigme que fut leur destin. Cecilia d’abord, qui se jeta de la fenêtre de sa chambre, puis l'évolution des quatre autres sÏurs dans un monde qui leur fut propre. Les observer n'avait plus suffit aux adolescents, il leur fallut les aider, les sortir de cet enfermement où les avaient immergées leurs parents. Mais jusqu'où cela allait-il les mener ?.
« Virgin Suicides » est une histoire déchirante, sombre, plongeant au cœur de l’adolescence américaine et de ses tourments. Une histoire d'amour et de peurs, de répression et de désespoir face à une société qui s'abîme.
Un roman étrange et étouffant, chronique de vies en état de siège, dont on retient surtout la force des personnages et la détermination de ces adolescentes, au-delà de l’existence, trop « visionnaires » pour pouvoir s’intégrer au monde. Troublant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jeffrey Eugenides- The virgin suicide-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un affreux suicide
» Sinon c'est du suicide?
» Grave deterioration dans camps: Desesperes pensent au suicide
» Poto kod pou mare gran manjè, pèp la chwazi suicide olie mouri grangou
» DEAL WITH WHO'S THE OLD VIRGIN?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
songes d'un art aimé :: LITTERATURE :: L'invitation au voyage-
Sauter vers: