songes d'un art aimé

le temps de lire , comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre Daniel PENNAC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  songe d\'un art aimésonge d\'un art aimé  

Partagez | 
 

 Vian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kotyk
Vieux singe
Vieux singe
avatar

Nombre de messages : 292
Localisation : des Alpes au Congo
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Vian   Mer 13 Avr - 17:26

Je suis un grand fan de cet énergumène de Boris Vian ! Le champion du monde de l'invention des mots et des concepts, mais aussi de la fantaisie tendre et pacifiste. Je vous conseille au passage de jeter une oreille sur ses chansons ; outre le célebrissime Déserteur, vous découvrirez de géniales satires comme J'suis snob, La java des bombes atomiques, La complainte du progrès ou Les joyeux bouchers. ca déménage et ça frappe très juste ! Il a largement influencé Gainsbourg à ses débuts...

Quant à ses oeuvres écrites, j'ai lu :

- L'arrache-coeur, mon préféré : un drôle de médecin, Jacquemort, se rend dans un pays imaginaire fort inquiétant ; il participe de loin à l'éducation des 3 enfants de Clémentine à mesure que le père devient de plus en plus absent, rejeté, puis finit par s'en aller au large. Jacquemort fait aussi la connaissance de La Gloïre, pauvre homme condamné à attraper les cadavres dansun marais avec ses dents ; cet ignoble travaille lui rapporte beaucoup d'argent et permet de décharger les habitants du village de toute leur honte. De rencontres en rencontres, Jacquemort découvre le fond de la nature humaine ; d'abord fasciné, il finit par se montrer si compatissant qu'à la mort de La Gloïre, il se décide à prendre sa place... Roman glauque et malsain, mais avec la verve de Boris Vian, la fantaisie et l'humour ne sont jamais loin.

- L'automne à Pékin : ce roman n'a lieu ni en automne ni à Pékin ; c'est le plus extravagant de tous, le plus drôle aussi. En Exopotamie, une galerie de personnages bizarres construisent un chemin de fer à travers le désert...

- L'herbe rouge

- L'écume des jours : le plus célèbre, mais pas mon préféré, même si l'histoire est très jolie et triste...

- J'irai cracher sur vos tombes : dans un autre style, roman noir écrit sous le pseudonyme de Vernon Sullivan.

- En avant la zizique : manuel critique à l'usage des mélomanes pour comprendre le marché de la chanson et du disque. Drôle et sans concessions.

- Derrière le zizique : compilation des commentaires qu'il rédigeait au dos des pochettes de disques dans les années 50, jazz et chanson.

Boris Vian est mort à 39 ans, en 1959, il avait une santé hélas très fragile. Quand on pense à la densité de son oeuvre en si peu de temps, on ne peut que regretter qu'il n'ait pas pu prolonger ce plaisir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mer 13 Avr - 18:55

J'avoue que je n'ai pas encore lu d'oeuvre de Boris Vian. Bien sur je connais ses chansons ! J'adore ses textes. C'est promis je me met à lire quand j'aurai fini Quartiers lointains L'écume des jours et j'émettrai une critique


Pour le plaisir de lire :

Le deserteur


Monsieur le président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps

Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir

Monsieur le président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens

C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants

Ma mère a tant souffert
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers

Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé

Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:

« Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir »

S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le président

Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer




La complainte du progrès

Autrefois pour faire sa cour
On parlait d'amour
Pour mieux prouver son ardeur
On offrait son cœur

Maintenant c'est plus pareil
Ça change, ça change
Pour séduire le cher ange
On lui glisse à l'oreille
- Ah, Gudule!

Viens m'embrasser
Et je te donnerai
Un frigidai-reu
Un joli scootai-reu
Un atomixai-reu
Et du Dunlopillo
Une cuisiniè-reu
Avec un four en ver-reu
Des tas de couvai-reu
Et des pellagâteaux

Une tourniquette
Pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur
Pour bouffer les odeurs

Des draps qui chauffent
Un pistolet à gaufres
Un avion pour deux
Et nous serons heureux

Autrefois, s'il arrivait
Que l'on se querelle
L'air lugubre on s'en allait
En laissant la vaisselle

Maintenant, que voulez-vous
La vie est si chère
On dit rentre chez ta mère
Et l'on se garde tout
- Ah, Gudule!

Excuse-toi
Ou je reprends tout ça
Mon frigidaire
Mon armoire à cuillères
Mon evier en fer-reu
Et mon poêle à mazout
Mon cire-godasses
Mon repasse-limaces
Mon tabouret à glace
Et mon chasse-filous

La tourniquette
A faire la vinaigrette
Le ratatine-ordures
Et le coupe-friture

Et si la belle
Se montre encor cruelle
On la fiche dehors
Pour confier son sort

Au frigidai-reu
A l'efface-poussiè-reu
A la cuisiniè-reu
Au lit qu'est toujours fait
Au chauffe-savates
Au canon à patates
A l'eventre-tomates
A l'écorche-poulet

Mais très très vite
On reçoit la visite
D'une tendre petite
Qui vous offre son cœur

Alors on cède
Car il faut qu'on s'entraide
Et l'on vit comme ça
Jusqu'à la prochaine fois
Et l'on vit comme ça
Jusqu'à la prochaine fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Ven 15 Avr - 15:16

Là j'ai entamé L'écume des jours , et pour le moment j'aime assez le style d'écriture ! 9a me fait penser à l'univers de Queneau et de Prévert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Jeu 21 Avr - 20:24

Avez-vous lu "l'écume des jours" ? Vian nous livre là un bouquin étonnant, bourré de néologismes aussi déroutants que drôles. Chloé et Colin et leurs amis vivent dans une sorte de bulle faite de pianoktail (le terme est de Vian), de bonne bouffe et de codes bien précis. Au fil du livre, le tableau s'assombrit et tombe dans l'étrange en jouant avec une forme de surréalisme bizarre. et relire
:study:

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mer 27 Avr - 9:46

Na y'est ! J'ai terminé Le livre de Boris Vian , L'écume des jours , alors là je vous conseille ce livre magnifique et poétique! Je le trouve par moment un brin surréalistemais pas comme Breton, et compagnie , mais coment dire "allégorique".
J'avoue avoir pleureée vers la fin , amis je ne le dirai pas pour ceux qui ne l'ont pas lus Mr. Green
Là du coup , j'ai achetéé , J'irai cracher sur vos tombes.
Une chose à dire : lisez-le ! :lol:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotyk
Vieux singe
Vieux singe
avatar

Nombre de messages : 292
Localisation : des Alpes au Congo
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Jeu 28 Avr - 17:15

Boris Vian à propos de ses néologismes : "Quand vous dites que j'invente des mots, je vous fais remarquer que vous ne sauriez pas non plus de quoi je parle en utilisant les vrais mots, car au fond personne ne sait ce qu'il y a dans le jardin le plus simple..."

Euh, j'vous l'dis tout d'suite, j'ai pas compris... Embarassed Mais je voulais l'écrire car ça me paraît bien refléter l'imaginaire de Vian, unique et déroutant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Jeu 28 Avr - 20:37

Belle citation, j'avoue qu'elle m'est floue également :DD
Voilà j'ai terminer de lire J'irai cracher sur vos tombes
. Je l'ai ADORE, c'est simple ! J'avoue que pendant le roman tout vas bien , mais ensuite c'est très sombre, j'avoue que je e m'y attendais pas ! c'est violent! Belle vengeance de Lee , et son histoire réflète assez bizn le climat raciste qui règnait à cette époque !
et à relire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Dim 1 Mai - 12:09

Comme quoi, on se fait toujours une image erronée des choses. Toi qui voyait en Vian un écrivain austère et qui évitait consciencieusement de le lire. Je suis heureux que tu t'y sois mise.

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotyk
Vieux singe
Vieux singe
avatar

Nombre de messages : 292
Localisation : des Alpes au Congo
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Dim 1 Mai - 12:30

imaginary boy a écrit:
Comme quoi, on se fait toujours une image erronée des choses. Toi qui voyait en Vian un écrivain austère et qui évitait consciencieusement de le lire. Je suis heureux que tu t'y sois mise.

Et moi donc... Very Happy Very Happy Very Happy
Ca reste une des références les plus incontournables, pour moi...
Mais vraiment, tu verras, L'Arrache-Coeur et L'Automne à Pékin sont, à mon sens, encore mieux que ceux que tu as lus, c'est dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Dim 1 Mai - 12:37

En tout cas, sans parler d'animosité, il avait l'air d'avoir une drôle d'idée de celui qu'il appelait Jean-sol Partre.

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Dim 1 Mai - 12:59

oui c'est assez étonnant, les titres de ses oeuvres parodiés.. je sais pas il faudrait effectuer des recherches sur ça ! Pourtant il me semblait être en bon terme ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotyk
Vieux singe
Vieux singe
avatar

Nombre de messages : 292
Localisation : des Alpes au Congo
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Dim 1 Mai - 13:08

Oui, il est ironique, disons... Mais c'est conforme à ses habitudes ! De toute façon, Chick est un grand fan, dans le roman, donc c'est un auteur qui trouve une certaine indulgence aux yeux de Vian...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Lun 9 Mai - 14:38

J'irai cracher sur vos tombes.
Quel roman que celui-ci!! Lee est un homme dont les origines trouvent leurs sources dans les champs de coton et qui va chercher à venger la mort de son frère, tué par les blancs; lui-même est d'ailleurs blanc, ce qui facilitera sa tâche auprès de ces tendres demoiselles qui subissent la libido de Lee après quelques verres. "J'irai cracher...." pourrait être un condensé de "tueurs nés" et "thelma et louise" dans la violence et le jusqu'au-boutisme; on y trouve également la même absence de sensibilité du protagoniste. Jean et Lou Asquith vont stigmatiser le ressentiment de Lee et le pousser dans ses retranchements les plus pervers.

Un livre puissant et qu'on imagine facilement dérangeant dans les années 50, la violence de certains passages est purement terrible.

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mar 10 Mai - 16:18

Beau résumé ! Si ça, ça ne donne pas envie de le lire.. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Triste Anna
tristanna
tristanna
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 48
Localisation : Dans le Nord
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mar 10 Mai - 17:02

Je l'ai lu il y a un bon bout de temps et c'est vrai qu'il y a des passages très violents Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tristeanna.skyblog.com
ilios
¤¤¤
¤¤¤
avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 19/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mer 1 Juin - 20:48

Les morts ont tous la même peau:



Dan un videur de boite de nuit est un blanc avec un quart de sang noir dans les veines, origine qu'il cache car se voulant être blanc et reconnu comme tel dans une epoque ouvertement raciste. Son frere apparait et le menace de révéler ses origines a son entourage. Toute le monde qu'il s'est crée s'écroule et alors commence une violente descente aux enfers.

Un vrai roman noir ( sans jeu de mot ) qui oscille entre violence et erotisme sur un fond de racisme latent.

Ce n'est surement pas le meilleur de boris vian mais il est assez prenant malgé tout.

:cyclops:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mer 1 Juin - 21:18

Etonnant car il semble ressembler à "j'irai cracher sur vos tombes"; racisme, érotisme, noirceur du récit. UJe ne l'ai pas encore lu mais je m'y attelerai

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotyk
Vieux singe
Vieux singe
avatar

Nombre de messages : 292
Localisation : des Alpes au Congo
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Jeu 2 Juin - 0:34

Il me semble que, tout comme J'irai cracher sur vos tombes, ce livre a été écrit sous le pseudo de Vernon Sullivan. C'est un peu son petit frère boîteux, mais il a grosso modo la même origine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Jeu 2 Juin - 12:28

oui en effet très ressemblant à "j'irai cracher sur vos tombes".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vivien
¤
¤


Nombre de messages : 137
Localisation : aux pays des mirabelles
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: arrache tout   Sam 2 Juil - 14:24

lol! Lisait l arrache coeur c le meilleur des livres de Vian , il faut absolument le lire .L histoire avec ses gens qui donne leur péché a un homme qui vit dans une maison en or puis tout ces enfant au village maltarité parce qu il est ainsi de faire chez eux, c déroutant.Il y a surtout le hero , enfin le perso principale qui est vide est se rempli des conscince des autres , il devient meme un chat dans le livre! c fou et poetique.Et surtout le meilleu c cette enfant au regard etrange et ses frere , et la mere "poule" qui devient completement parano: ce livre est terrifiant et derriere toute ces images qui on lair de n avoir pas beaucuop de sens il y une veritable philosophie de la vie. simplement... Mr. Green :albino:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Sam 26 Aoû - 11:33



Bon comme conseillé, j'ai lu ce que beaucoup considère comme le meilleur de Boris Vian et effectivement je me suis régalé de cette lecture jubilatoire.

Jacquemort, jeune psychanaliste débarque un jour par hasard chez Clémentine et Angel dans un petit village qui longe une falaise française. L'arrivée de Jacquemort est une providence puisqu'il pourra aider ainsi Clémentine à accoucher de 3 garçons qu'elle va appeler, Noël, Joël et Citroën. Ces naissances vont chambouler la vie de tous puisque de la souffrance de son accouchement, Clémentine va développer un rejet d'Angel et s'approprier totalement ses enfants en les couvant à l'extrême.
Jacquemort, lui, va vivre au sein de cette famille bientôt monoparentale en s'imprégnant totalement des sentiments des autres. L'empathie va devenir son état permanent vis-à-vis de Clémentine mais aussi de ce bon curé du village, le tout dans une sorte de huis-clos dont l'épilogue semble nous concerner aussi.

1 extrait: "De la terre accumulée dans cette fente y nourissait de petites plantes. Cela faisait une ligne verte sur le gris du granit, comme le mérite agricole sur un revers d'instituteur"

Mon avis: la lecture de ce roman très court est un régal qui mêle un humour succulent à une langue qui swingue, qui court et qui colle à la vie. La religion en prend pour son grade autant que les vicissitudes d'un village et de ses habitants tourné au ridicule (voir la foire aux vieux et la crucifixion du cheval)Les néologismes sont ici encore très présents et on comprend facilement les liens qui unissaient Vian à un Queneau par exemple. Toutes les règles de l'écriture sont chamboulées au point de renverser par moment la chronologie ou le nom des mois de l'année. Bref un vrai régal pendant lequel j'éclatais de rire dans mon coin.
Ma note: 5/5

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.


Dernière édition par le Ven 1 Juin - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guzman
------
------
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: Vian   Dim 10 Déc - 18:21

Il me semble aussi que l'Arrache-coeur est son roman le plus dense, le mieux construit et aussi le plus triste. Queneau était d'ailleurs du même avis. La langue pétille, pirouette moins que dans l'Ecume ou les Vernon Sullivan. Mais c'est au profit d'un rejet du pathos et d'une plus grande recherche autour de l'architecture du récit.

Les interprétations peuvent être multiples, à dessein. Que penser de cette mère qui finit par mettre littéralement ses enfants en cage ? Ou de ce médecin brillant qui s'enterre dans ce village insignifiant ? Pas de réponse. Il faut se laisser emporter par le climat qu'instille l'auteur, au cours de longues digressions étrangement lyriques, ponctuées de bouts de phrases qui ressemblent à des litanies, comme celle-ci : "Qu'elle est longue la route". Vian parvient ainsi à diffuser des états d'âme, des impressions plutôt que des idées ou des émotions.

Le roman est assez unique et montre que Vian valait mieux que les enfantillages auxquels on le réduit souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Dim 10 Déc - 21:32

En tout cas une écriture qui correspond parfaitement à l'auteur, jazzy, sautillante et novatrice.

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Jeu 31 Mai - 18:06



L'herbe rouge est un roman très étrange, mêlant le style de Vian à une certaine forme de littérature S.F.

Deux couples cohabitent dans un immeuble: Wolf et Lil d'une part, Lazuli et Folavril de l'autre. Le curieux chien Sénateur Dupont faisant office d'étonnant révélateur affectif.
Sur le carré de pelouse de l'immeuble, Wolf entretient avec son compère une curieuse machine métallique dans laquelle il se faufile régulièrement; machine qui a la vertu d'agir sur Wolf comme une catharsis fantastique.
Parallèlement, puisque la dichotomie est permanente dans ce roman, Lazuli combat en permanence un alter-égo qui semble s'être promit de garder un oeil sur sa relation "intime" avec Folavril.
La dichotomie est d'ailleurs très appuyée dans ce roman puisque bien que très présentes, Lil et Folavril ne sont que les pauvres adjuvantes nécessaires à établir une part de vérité. C'est ainsi qu'elles se font une idée précise des hommes pendant que ceux-ci se débattent avec leur conscience.
L'herbe rouge semble avoir été, pour Vian, le support idéal afin de régler quelques comptes avec l'enfance, la religion, les études et l'amour; cette machine bizarre dans le carré agit comme une machine à remonter la mémoire, un miroir révélateur.

Encore une fois, on retrouve dans ce curieux roman toute la verve de Vian; on croirait lire Audiard par moments
Citation :
- Tu n'es pas de bonne humeur constata-t-il
- Vous non plus dit Lazuli
- On va prendre du vigoureux dit Wolf. J'ai un reginglot 1924 qu'est spécialement idoine. ça console.

L'écriture y est souvent très belle, nostalgique mais sans regret
Citation :
Dans un désert, j'aurais aimé ça...La salade russe, les casse-noix à escargots, les triangles à Macaroni...mais que quelqu'un passe, et toutes ces formes humiliantes de la civilisation familiale, les fourchettes, les timbales en aluminium, tout ça me montait à la tête- je voyais rouge. Alors je lâchais mon assiette et je m'écartais pour avoir l'air d'être ailleurs-ou je m'installais au volant de l'auto vide, qui me rendait une virilité mécanique. Et pendant ce temps, mon moi mou me soufflait à l'oreille..."Pourvu qu'il reste de la salade russe et du jambon..." Alors j'avais honte de moi, honte de mes parents, et je les haïssais.

Ma note: 8/10

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotyk
Vieux singe
Vieux singe
avatar

Nombre de messages : 292
Localisation : des Alpes au Congo
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Vian   Mer 22 Aoû - 19:27

Je me suis relu récemment L'Automne à Pékin. Personne n'en parle ici, c'est fort dommage car si vous appréciez la fantaisie démesurée de Boris Vian, ce livre est fait pour vous. Quelle galerie de personnages ! Et quelle loufoquerie ! Certains analystes vont même jusqu'à y chercher une grande noirceur sous-jacente, des métaphores qui témoignent des angoisses de l'auteur... Foutaises ! Enfin, je veux dire, je m'en fous : pour moi, l'essentiel, c'est qu'il m'a très agréablement diverti et drôlement fait rire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vian   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'étrangeté et la spécificité du monde de Boris Vian
» J'irai cracher sur vos tombes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
songes d'un art aimé :: LITTERATURE :: Littérature contemporaine-
Sauter vers: