songes d'un art aimé

le temps de lire , comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre Daniel PENNAC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  songe d\'un art aimésonge d\'un art aimé  

Partagez | 
 

 T. Jefferson Parker.

Aller en bas 
AuteurMessage
MDV
Invité



MessageSujet: T. Jefferson Parker.   Mer 24 Mai - 14:35

Voici un auteur sur lequel je suis tombée tout à fait par hasard au supermarché et dont j'ai acheté le roman également par hasard, plus par désoeuvrement que par réelle conviction.

Eh ! bien, j'ai été très agréablement surprise, à un point tel que j'espère me procurer les autres ouvrages de l'auteur, à commencer par "Coup de Blues", également paru chez Pocket.

"La Mue du Serpent", le roman dont je vous parle aujourd'hui, se déroule dans le comté d'Orange, en Californie et met en scène l'inspecteur Terry Naughton, chef de la toute neuve brigade des Crimes contre les Mineurs. Un pédophile qui enlève des fillettes et les abandonne ensuite en liberté, sans les avoir violées ou torturées mais en leur ayant passé des vêtements démodés, se trouve dans le collimateur de la brigade. Sur une bande adhésive utilisée lors de l'un des rapts, l'individu s'est surnommé lui-même "Horridus", par référence vraisemblable à l'espèce du serpent à sonnettes qui faillit devenir l'emblème des Etats-Unis avant que l'aigle américain ne le coiffe au poteau.

C'est l'histoire de cette traque qui constitue le pivot central du roman. En arrière-plan, la vie affective plutôt agitée de Naughton et une sombre manipulation qui vise à le faire passer lui-même pour pédophile. Et puis, bien sûr, des flashs sur la personnalité de Horridus ainsi qu'une réflexion (parfois pénible parce que détaillée) sur la façon dont la pédophilie est traitée par la société américaine, si protectionniste en matière de famille. L'ombre caricaturale de la Mère américaine castratrice plane là-dessus de façon oppressante - plus terrifiante en elle-même par ses agissements dénués de tout amour envers sa progéniture mâle que, sans excuser un seul instant les horreurs dont Horridus s'est rendu coupable, on ne peut dissocier un seul instant les premiers des secondes.


Côté style, ça ne casse sans doute pas des briques - Lehane a plus de recherche. Mais le rythme est bien soutenu et le lecteur captif d'un bout à l'autre du roman. Si vous avez envie d'essayer ...

Revenir en haut Aller en bas
 
T. Jefferson Parker.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jefferson Parker - pardonne-moi Liv'
» Malicia Jefferson [VALIDEE par Xoumi]
» [Elève - Armée de Dumbledore] Alix Parker (Avril Lavigne/Négociable) ~ 5e année Gryffondor
» Alba parker
» Nate Parker (gryf)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
songes d'un art aimé :: LITTERATURE :: Polars, policiers, thrillers....-
Sauter vers: