songes d'un art aimé

le temps de lire , comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre Daniel PENNAC
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  songe d\'un art aimésonge d\'un art aimé  

Partagez | 
 

 Imre Kertesz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ilios
¤¤¤
¤¤¤
avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 19/04/2005

MessageSujet: Imre Kertesz   Dim 17 Sep - 11:59



Imre kertesz juif hongrois, déporté à 15 ans , prix nobel de litterature en 2002 pour son temoignage sur la barbarie des hommes.


Etre enfermé dans un camp à 15 ans a de quoi traumatiser son monde . Pourtant , ce qui m'a impressionné c'est son optimisme pendant un long moment y compris une fois entré dans le camp et d'un coup l'abattement, le pessimisme, le fatalisme font leurs entrées dans son esprit et dès lors tout semble fini, sans intérêt à ses yeux.

Etre parvenu à dissocier ces 2 périodes une fois sorti des camps est simplement impressionant.

A noter qu'une adaptation du film est sorti en mai 2006 que je n'ai pas vu .http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=12108

Même si on ne peux comprendre ce que c'était sans l'avoir vécu, au moins nous en avons une vision plus précise grace à Imre Kertesz.

note 4/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ortie
***
***


Nombre de messages : 72
Localisation : terrains vagues
Date d'inscription : 26/04/2005

MessageSujet: Re: Imre Kertesz   Lun 18 Sep - 20:07

Merci Ilios pour cette présentation. J'essaierai de lire ce livre pendant les vacances d'automne. Pour l'instant, j'ai débuté "les frères Karamazov" : j'en ai jusqu"à fin octobre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
imaginary boy
Rosco P. Coltrane
Rosco P. Coltrane
avatar

Nombre de messages : 1555
Localisation : Près de chez Jules de chez Smith d'en face
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Imre Kertesz   Lun 18 Sep - 20:44

Citation :
Pour l'instant, j'ai débuté "les frères Karamazov" : j'en ai jusqu"à fin octobre !

Ah cool, j'attends avec impatience ta critique pour savoir ce que tu en penses et si tu as été autant impressionnée que moi par cette oeuvre monumentale.

_________________
Je préfère ne rien dire et passer pour un con plutôt que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Imre Kertesz   Mar 19 Sep - 22:26

Livre que je vais bientôt entamer Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ilios
¤¤¤
¤¤¤
avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 19/04/2005

MessageSujet: Re: Imre Kertesz   Mer 4 Oct - 18:00



Dans un long monologue de 140 pages, Imre Kertesz, qui nous avait raconté son histoire dans " Etre sans destin ", commence une lente introspection suite à une question qu'on lui pose et qui le bouleverse : " pourquoi n'a t'il pas d'enfants ?"

De la Imre Kertesz nous livre son histoire, sa vision de la vie après les camps.

Imre Kertesz profondément marqué par Auschwitz semble totalement réfractaire à l'idée du bonheur. La résilience , ce fameux phénomène psychologique, ne s'est pas réalisé pour lui , il en ressort une analogie avec Primo Levi, pour Imre Kertesz : " Personne ne peut se remettre de la maladie d'Auschwitz ".


De ce livre au style complexe et aux réflexions qui le sont tout autant, ressortent quelques phrases et tournures splendides bien que souvent dénuées d'espoir comme par exemple : " s'emprisonner au nom de sa liberté ", " ma judéité ne signifie rien pour moi, rien en tant que judéité, tout en tant qu'experience. " , " comment expliquer que ma plume était ma pelle " et de nombreuses autres encore.....

Un livre à la lecture exigeante , difficile, qui une fois passé son abord un peu délicat se révèle être un petit joyau.

Note : 4 / 5

P S : Pour information le kaddish est la prière juive pour les morts .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julie
Boss Hogg
Boss Hogg
avatar

Nombre de messages : 1972
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Imre Kertesz   Dim 15 Oct - 21:32

Je viens de terminer Etre sans destin.Terrible récit qui nous est là dépeint. C'est avec douceur si je puis m'exprimer ainsi que nous commençons le périple d'Imre. Il ne semble pas conscient de la gravité des faits qui se trament. D'abord son père qui doit partir dans les camps de travail. Ce passage ci peut le révéler [...]Il a commencé par ma dire que, comme je le savais, mon père "nous quitte" demain.je lui ai dit que je le savais. Il voulait m'entendre dire s'il allait me manquer. Comme cette question m'énervait un peu , j'ai répondu: "Naturellement" et comme je trouvais ça un peu court j'ai vite ajouté " Beaucoup"[..] où bien [..] J'aurai voulu que mon père ne soit plus là[..]
Alors qu' Imre doit aller à la briquetterie, le bus dans lequel il se trouve s'arrête et tous les juifs doivent sortir. Ainsi commence sa déportation, mais tout ceci est pris à la légère par le protagoniste ( en même temps il n'a que 15 ans) [..] c'était plus agréable de rester là au frais que de suer au travail [..] Finalement tout le monde est détendu, cela peut paraître à nous lecteurs incongru. mais tout cela à l'air si "naturel" ( terme récurrent dans son récit). A son arrivée au camp , il est encore dans le wagon et il entend des bruits qui court: [...] tout le monde pouvait récupérer son bien, cela va de soi, mais d'abord les objets devaient passer à la désinfection et nous à la douche : effectivement il était grand temps; c'était aussi mon avis[..] Comment interpréter cela , c'est tragi-comique .

C'est étonnant à quel point il est positif au tout début, mais cet positivisme s'amoindrit !
C'est incroyable cet instinct de survie qu'il a su et voulu garder coûte que coûte même si cela lui paraissait inutile. Je trouve que dans ce livre le processus de déshumanisation est amplifié (d'une part par le camp mais ça je ne révèle rien) par son statut . Il est juif mais les juifs ne le reconnaît pas en temps que tel, et de plus il est hongrois, les autres du camps le désignent par " ce hongrois" . Comment peut-on réussir à survivre à cela, et surtout comment se reconstruire.Du fait qu'il es rentré jeune on a aussi cette vision très naïve du camps. Tout ce qui arrive semble naturel
Enfin voilà mes sentiments sur ce livre, écrit avec beaucoup de recul, et différent du témoignqge de Primo Lévi.. ,


4/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Imre Kertesz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Imre Kertesz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
songes d'un art aimé :: LITTERATURE :: L'invitation au voyage-
Sauter vers: